FR

Israël exile un représentant de HRW pour “soutenir une campagne pro-Palestine”

Israël a ordonné au chef du bureau local de Human Rights Watch de quitter les territoires occupés dans les deux semaines après l’avoir accusé de soutenir une campagne de boycott pro-palestinienne contre l’entité sioniste.

Omar Shakir, un citoyen américain d’origine irakienne, a déclaré sur Twitter qu’il avait reçu l’ordre de quitter les territoires occupés par Israël après que le régime eut compilé un dossier de renseignement de sept pages contre le militant principal.

“Pour la première fois dans l’histoire de [Human Rights Watch], Israël ordonne à un officiel de sortir” J’ai tweeté. “Il y a un an, il refusait le travail autorisé avant de s’inverser, nous accusant de” propagande “. Maintenant, son BDS [boycott, désinvestissement et sanctions]. Vraie intention de museler la dissidence. ”

Israël avait d’abord refusé à Shakir l’autorisation de travail l’année dernière, dans un geste critiqué par les Etats-Unis. Il lui a ensuite accordé un visa de travail d’un an.

Pendant ce temps, l’observateur des droits de l’homme basé à New York a déclaré qu’il se tiendrait à Shakir, clamant Israël pour avoir essayé de réprimer les critiques de son bilan en matière de droits de l’homme et disant qu’il contesterait la décision devant les tribunaux.

Iain Levine, un responsable de HRW a déclaré: “Il ne s’agit pas de Shakir, mais plutôt de museler Human Rights Watch et de fermer les critiques sur le bilan d’Israël en matière de droits.”

Aryeh Deri, le ministre israélien de l’Intérieur, a allégué que Shakir était un «activiste du boycott» et qu’il «agirait pour expulser des gens comme ça» par tous les moyens à sa disposition.

“Il est inconcevable qu’un activiste du boycott puisse recevoir un permis pour rester en Israël”, a-t-il dit.

Parlant à Reuters, Shakir a nié les accusations portées contre lui.

“Je n’ai demandé aucune forme de boycott d’Israël pendant mon séjour à Human Rights Watch et le ministère de l’Intérieur l’a reconnu dans sa lettre … dans laquelle ils m’ont informé de leur décision de refuser une prolongation de mon visa de travail. ”

Plus tôt cette année, Israël a publié une liste de 20 organisations dont les militants ne pourront pénétrer dans les territoires occupés en raison de leur soutien aux campagnes de boycott.

Le ministère des Affaires stratégiques d’Israël s’est vu allouer 36 millions de dollars pour lutter contre le mouvement BDS.

Le mouvement BDS a été lancé en 2005 par plus de 170 organisations palestiniennes et plus tard international. Il est destiné à initier «diverses formes de boycott contre Israël jusqu’à ce qu’il se conforme à la loi en vertu du droit international» et à mettre fin à son occupation des terres palestiniennes.

Facebook Comments
الوسوم

شاهد أيضاً

إغلاق