FR

Virage américano-indien face à la Chine ?

L’administration Trump a entrepris des efforts pour approfondir ses liens militaires et économiques avec l’Inde afin d’équilibrer la posture assertive de la Chine à travers l’Asie.

Les deux pays ont réitéré leur engagement en faveur de la sécurité en Afghanistan. Les États-Unis ont récemment décidé de suspendre une partie de leur importante aide militaire au Pakistan, principal rival de l’Inde dotée d’armes nucléaires, prétextant qu’Islamabad était incapable d’éradiquer les talibans et les éléments du réseau Haqqani qui ont contribué à la longue guerre en Afghanistan.

Des soldats afghans surveillent le site d’une attaque près de l’académie militaire du maréchal Fahim à Kaboul, le 29 janvier 2018.

L’Inde a augmenté son aide à l’Afghanistan ces dernières années et a promis en 2016 de livrer plus d’armes militaires à Kaboul, amenant au refroidissement des relations entre Islamabad et New Delhi.

Les deux dirigeants ont également évoqué le sort de plus de 680 000 musulmans rohingyas qui ont fui le Myanmar en 2017 après que l’armée birmane a lancé une opération militaire dans l’État de Rakhine.

Des réfugiés rohingyas rejoignent le Bangladesh, le 10 septembre 2017.

Donald Trump et Narendra Modi ont aussi abordé le dossier nord-coréen. Washington a mené des efforts diplomatiques pour intensifier la pression internationale contre les programmes et les essais balistiques de Pyongyang, craignant une éventuelle attaque contre les États-Unis.

Bien que l’Inde et la Corée du Nord aient des ambassades dans leurs capitales respectives, New Delhi a interdit le commerce de la plupart des produits avec Pyongyang, à l’exception des vivres et des médicaments.

Facebook Comments
الوسوم