FR

De quoi a peur le ministre Lieberman ?

Avigdor Lieberman.

Dans un entretien avec la chaîne RTVi, le ministre israélien a évoqué en effet « le manque de sagesse de la part du Hamas » dans ses attaques aux missiles, manque qui pousserait Israël à avaler des couleuvres et à se taire: « Israël ne tolérera plus que le mouvement Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, joue au Ping Pong avec lui ».

Mais est-ce la vraie raison ?

La vraie raison, c’est Debkafile, site proche des milieux du renseignement de l’armée israélienne, qui l’évoque. Dans un récent rapport, Debka revient sur le contact téléphonique du commandant en chef de la Force Qods, le général Ghassem Soleimani, et les commandants des branches armées de la Résistance palestinienne: « Soleimani commande désormais la guerre d’usure que les Palestiniens ont commencée contre Israël. Les missiles et les roquettes que le Hamas et le Jihad islamique de la Palestine ont tirés ces derniers jours contre les colonies israéliennes, c’est lui qui en est le responsable. »

« À vrai dire, Soleimani a très soigneusement préparé son contact téléphonique avec Marwan Issa, commandant en chef des Brigades Qassam, branche militaire du Hamas. Ce premier entretien téléphonique entre le haut général iranien et un commandant du Hamas a été largement médiatisé et à dessein. Pourquoi ? Parce que les Iraniens voulaient lancer un défi au Renseignement d’Israël. Ils voulaient surtout qu’Israël entende et sache que Téhéran est pleinement engagé aux côtés des Palestiniens dans tout acte armé contre Israël », ajoute le site qui poursuit: « Depuis que le président US a annoncé reconnaître Qods comme capitale d’Israël, le Hamas et le Jihad islamique ont tiré un total de 13 roquettes contre le territoire israélien. L’objectif ? Engager Israël dans une guerre d’usure. »

Le site proche du Renseignement israélien conclut ainsi son rapport: « Une chose est sûre: l’appui solide de l’Iran au Hamas a clos le chapitre « syrien » marqué par les divergences autour d’Assad. Le Hamas a reçu le feu vert iranien pour lancer ses opérations armées contre Israël. Israël se trouve désormais nez à nez avec l’Iran (autant donc éviter le jeu de Ping Pong, ainsi que le confirme Lieberman, NDLR).

En Israël, certaines parties commencent à s’interroger sur l’opportunité de la décision de Trump et soupçonnent déjà l’administration Trump d’avoir piégé Israël. Le veto américain de lundi soir d’un projet de résolution proposé par l’Égypte et condamnant la décision de Trump n’a fait que faire monter d’un cran le ressentiment anti-israélien à travers le monde. Le refus de Tel Aviv de riposter aux tirs de roquettes reflète une crainte, celle d’avoir à faire face à l’axe de la Résistance.

Facebook Comments
الوسوم